EPIDOR : Des observations sur les cours d’eau pour la gestion de l’étiage

07_Echelle_SensibilisationLa préservation de la ressource et la gestion de l’étiage : mieux connaître pour mieux décider

 

08_Etiage_TournefeuilleNaturellement, à l’étiage, le niveau des rivières et des nappes baisse. Sur le bassin de la Dordogne, les situations sont contrastées d’une rivière à l’autre. Sur l’axe Dordogne, les besoins des milieux naturels comme ceux des activités humaines sont généralement satisfaits, car les principaux barrages hydroélectriques garantissent un débit minimum de 10 m3/s en aval d’Argentat. Sur la Dronne, un ouvrage de soutien d’étiage de 5 millions de m3 d’eau, géré par le Conseil départemental de la Dordogne, joue cette même fonction régulatrice. En revanche, la situation de nombreux affluents est difficile en été, avec des déséquilibres entre ressource disponible et prélèvements : ils se retrouvent régulièrement soumis à des étiages sévères, ce qui impacte la vie aquatique, peut faire émerger des conflits d’usages et aboutir à des assecs complets de cours d’eau.

EPIDOR s’attache donc à analyser le fonctionnement des milieux aquatiques et des pressions qui s’exercent sur eux, pour mieux le faire partager et comprendre par tous. Une action en particulier est menée en ce sens, avec un soutien important de l’Agence de l’Eau Adour-Garonne : l’animation d’un réseau de suivi d’étiage, qui est un dispositif d’observation des cours d’eau, dont les objectifs principaux sont :

  • de disposer d’informations objectives, complètes, fiables et publiques sur les cours d’eau à l’étiage, principalement les plus fragiles, non équipés de stations de mesures télétransmises,
  • d’enrichir l’expertise scientifique sur l’état de ces cours d’eau en période d’étiage et sur leur réaction aux prélèvements,
  • d’être un outil d’aide à la décision, pour apporter des éléments techniques solides, lors des comités départementaux de gestion d’étiage.

 

09_Photo_Suivi_observationsLa mobilisation des territoires dans le suivi d’étiage

 

Créé en 2010, ce dispositif d’observation complète les dispositifs actuels de l’État et fournit des informations précieuses en période de crise. Le suivi apporte des données sur l’état hydrologique et biologique de cours d’eau sélectionnés à partir des éléments suivants :

  • cours d’eau les plus prélevés
  • cours d’eau non équipés de stations de mesures télétransmises
  • cours d’eau sujets de vives discussions en réunion de gestion de l’étiage

Afin de mieux couvrir le territoire du bassin, le nombre de cours d’eau suivis est passé de 40 à 53 entre 2013 et 2015, dont 9 dits « témoins » sont situés dans des secteurs où les prélèvements sont faibles ou inexistants (cf. cartographie ci-dessous).

10_Carto_suivi_EPIDOR_2015

Bassin versant de la Dordogne – Cartographie des cours d’eau suivis par EPIDOR en 2015 et localisation des stations d’observation

Ce réseau mobilise des acteurs de terrain tels que les techniciens de rivière, qui sont au préalable formés au dispositif avec les mêmes bases techniques. En 2015, l’effort a été poursuivi pour continuer à développer le réseau partenarial de suivi de l’étiage, qui compte aujourd’hui 14 structures partenaires, contre 9 deux ans auparavant.

Bassin versant de la Dordogne - Cartographie des structures partenaires du réseau de suivi

Bassin versant de la Dordogne – Cartographie des structures partenaires du réseau de suivi

En 2014, plus de 670 observations ont été collectées et valorisées à travers 15 bulletins hebdomadaires publiés sur le site de suivi des débits : www.debits-dordogne.fr, et envoyés par courriels aux services de l’État ainsi qu’aux différents acteurs de la gestion des milieux aquatiques.

Pour faire face à un nombre d’observations grandissant, 3 outils ont été mis au point en collaboration avec l’Observatoire Régional de l’Environnement Poitou-Charentes dans le cadre du Réseau des acteurs de la Biodiversité et du Paysage en Gironde :

  • une interface permettant la saisie en ligne des données par les observateurs du réseau
  • un outil d’édition de rapport automatisé offrant un appui important dans la publication des bulletins hebdomadaires
  • une interface de cartographie dynamique permettant au grand public et à tous les acteurs de consulter les données d’observations d’étiage en temps réel

Ces outils sont d’ores et déjà opérationnels pour la campagne de suivi de l’étiage 2015.

Cartographie dynamique en ligne de suivi de l'étiage d'EPIDOR

Cartographie dynamique de suivi de l’étiage d’EPIDOR

Aujourd’hui, l’ensemble des participants s’accordent pour dire que le réseau de suivi de l’étiage d’EPIDOR repose sur des méthodes scientifiques et techniques fiables et cohérentes avec celles appliquées par l’État et l’ONEMA (Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques). L’expertise d’EPIDOR a permis de contribuer à la révision de seuils de gestion pour plusieurs cours d’eau, et les observations issues de ce suivi sont présentées et prises en compte à chaque comité départemental de gestion de l’étiage, dont les décisions s’appuient désormais sur des données couvrant une grande partie des cours d’eau fragiles (cf. cartographie ci-dessous).

Bassin versant de la Dordogne - Localisation de l’ensemble des stations d’observation pour la gestion de l’étiage

Bassin versant de la Dordogne – Localisation de l’ensemble des stations d’observation pour la gestion de l’étiage

Echelle_sensibilisation_BelleEchelles_sensi_limni_Belle

Pour compléter ces outils d’information et afin de sensibiliser l’ensemble des usagers de la rivière autour de l’étiage et de la gestion de la ressource en eau, EPIDOR installe des échelles tricolores simplifiées sur des cours d’eau sensibles, en partenariat avec les syndicats de rivière. Ces installations sont effectuées de préférence dans des lieux fréquentés par le grand public car l’objectif est pédagogique : ces échelles, accessibles et visibles par le plus grand nombre, permettent à tous les usagers de faire le lien entre le niveau d’eau dans la rivière et l’état des milieux aquatiques. Actuellement, 5 échelles de sensibilisation sont visibles sur la Belle, le Céou, la Couze, l’Enea et la Louyre.

 

Image_paragraphe_biodiversitéPréserver les milieux naturels et la biodiversité du bassin de la Dordogne

 

Depuis la Charte Vallée Dordogne de 1992, EPIDOR a mené de nombreuses études pour améliorer sa connaissance sur les espèces, sur l’état des populations et sur l’état des milieux aquatiques, comprenant mieux ce qui nuit à la biodiversité et favorisant les expérimentations pour la restaurer.

Eclusées_poissons_galetsEn particulier, le travail sur les lâchers d’eau, ou éclusées, a produit de bons résultats. Les variations de débit dues aux grands barrages du bassin amont de la Dordogne sont en effet à l’origine de plusieurs types d’incidences, dont les principales sont la mise à sec de zones de reproduction (frayères), l’échouage d’alevins sur les berges (plus de 20 espèces piscicoles touchées) et la réduction de la biodiversité. Des modalités d’exploitation des barrages plus respectueuses de l’écologie des rivières ont été expérimentées. Pour maintenir en eau les frayères et éviter les piégeages, des débits minimum et maximum ainsi que des vitesses de variation ont été instaurés, dans le cadre d’une Convention Eclusées signée entre l’Etat, EDF, l’Agence de l’Eau Adour-Garonne et EPIDOR.

Même si ces avancées sont incontestables, la situation des milieux aquatiques reste préoccupante. Les contrats de rivière et les plans de gestion d’étiage, les schémas d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE), les programmes de réduction des effluents agricoles et industriels, l’inventaire des zones humides, les démarches NATURA2000, etc. : tous ces domaines d’intervention ont donné et donnent encore à EPIDOR l’opportunité de jouer un rôle fédérateur pour animer des débats et piloter des actions constructives autour de la rivière Dordogne et de tous ses affluents.

 

Pour en savoir plus sur le bassin de la Dordogne et les actions d’EPIDOR…

02_Tampon biosphère noirLe bassin de la Dordogne classé Réserve de Biosphère par l’UNESCO

 

03_Vallée_DordogneLa rivière Dordogne traverse un territoire remarquable par sa nature encore préservée, son patrimoine culturel exceptionnel et un art de vivre marqué par l’empreinte de la rivière. L’économie de son bassin, largement touristique et agricole mais aussi industrielle, profite des ressources naturelles, de la beauté des paysages et de l’image de marque que procurent la rivière Dordogne et ses nombreux affluents.

Le territoire a été classé Réserve de Biosphère par l’UNESCO en 2012, label qui doit stimuler l’imagination et l’énergie des acteurs du territoire pour l’inscrire durablement dans une démarche de progrès où la prise en compte de l’environnement est perçue comme un atout et une chance.

 

04_CoulobreEPIDOR : une grande aventure écologique, politique et humaine

 

Mais l’histoire de la Dordogne n’est pas celle d’un long fleuve tranquille… Elle a été ponctuée par des conflits entre différents usages de l’eau et rythmée par des inquiétudes récurrentes sur la qualité des eaux, la survie des poissons migrateurs, la résorption des impacts des grands barrages hydroélectriques et le devenir des cours d’eau du bassin.

05_Sommet-Dordogne-Bergerac-1992C’est la raison pour laquelle les Présidents des six Conseils Départementaux concernés par la rivière Dordogne (le Puy-de‐Dôme, le Cantal, la Corrèze, le Lot, la Dordogne et la Gironde) ont créé de manière volontariste, en 1991, l’institution interdépartementale EPIDOR. Son objectif : préserver la symbiose entre la nature et l’homme qui caractérise le bassin de la Dordogne, en promouvant le dialogue territorial et la solidarité de bassin au travers d’études et de programmes de gestion et d’animation menés sur tout le bassin hydrographique de la Dordogne. Reconnu Établissement Public Territorial du Bassin de la Dordogne (EPTB Dordogne) par l’État en 2006, il a pour vocation de faciliter la gestion équilibrée de l’eau, et d’assurer la cohérence et l’efficacité de l’action publique à l’échelle interrégionale. Le président actuel d’EPIDOR est Germinal PEIRO, député de la Dordogne, président du Conseil Départemental.

06_Charte_Vallée_DordogneLa Charte Vallée Dordogne, document fondateur par excellence, est venue contractualiser, dès février 1992, les stratégies à mettre en œuvre. Maintenu avec diplomatie entre les usagers, le public, les élus et l’État, le dialogue ouvre alors les portes de toutes les expérimentations et de toutes les réussites, dont la plus emblématique sera, sans nul doute, l’obtention du label UNESCO.

 

Pour plus d’informations sur les actions conduites par EPIDOR,
consulter l’onglet « actions » sur le site d’EPIDOR

 

Rédigé par : Florence DAUMAS, Chargée de mission Quantité d’eau, Établissement Public Territorial du Bassin de la Dordogne (EPIDOR)
Images et illustrations de l’article : © EPIDOR