Les zones humides

Source : article issu du Profil environnemental de la Gironde – Tome 1 : Diagnostic départemental – Milieux naturels et biodiversité – Révision 2013, Direction départementale des territoires et de la mer de Gironde, Atelier BKM.

5_lagune_de_Captieux-57566

Le département de la Gironde possède de nombreuses zones humides de divers types. Celles-ci accueillent une grande diversité d’espèces animales et végétales spécifiques et jouent un rôle primordial dans la gestion qualitative et quantitative des eaux.
Les zones humides arrière-dunaires se présentent comme un chapelet d’étangs et de marais qui jalonne le pied du massif dunaire du nord au sud. Elles doivent leur formation au blocage de l’écoulement des eaux des cours d’eau qui drainent le massif forestier médocain, lors de l’édification des dunes.
La Gironde possède trois grandes étendues d’eau : les lacs de Hourtin-Carcans de Lacanau et de Cazaux. En outre, existent un certain nombre de petits étangs, de taille aujourd’hui modeste, qui se situent à un stade d’évolution avancée, plus ou moins proche du comblement : l’étang de la Barreyre (commune de Grayan), la lagune de Contaut (commune d’Hourtin), l’étang de Cousseau et l’étang de Batejin (commune de Lacanau), les étangs de Batourtot, Lède Basse, Joucru, Langouarde (commune du Porge).
Ces étangs présentent plusieurs caractéristiques :
– une dissymétrie entre les profils des rives ouest (pente marquée) et est (plane),
– une forte colonisation par la végétation aquatique et par la végétation hygrophile sur les rives marécageuses, disposées en ceintures concentriques selon le degré d’humidité du sol,
– un comblement rapide par les apports des bassins versants.
Entre ces plans d’eau, on observe une succession de marais qui correspondent à d’anciennes étendues d’eau aujourd’hui comblées et peuplées d’une végétation caractéristique des zones humides : roselières, landes à molinie, saulaies, aulnaies marécageuses…Les principaux marais arrière-dunaires de la Gironde sont du nord au sud : les marais du Gua et de la Perge, les marais de Gorgelian, Lespaut, Roussignan, le Palu de Molua et le marais de Talaris-Montaut.
Etant situées sur la voie de migration ouest-européenne, les zones humides de l’arrière-dune sont d’importantes zones d’accueil pour l’avifaune. Ce sont des lieux de refuge et de reproduction pour de nombreuses espèces d’oiseaux liées à l’eau, pour des mammifères en régression en Europe comme le Vison d’Europe et la Loutre. Elles constituent des zones de reproduction pour certaines espèces de poissons (Cyprinidés, Brochet). Elles abritent également une végétation diversifiée et spécialisée, avec de nombreuses espèces rares (dont le Trèfle d’eau, la Parnassie des marais, la Thorelle, le Narthecium ossifrage…). Les cours d’eau côtiers représentent des axes migratoires importants pour des espèces piscicoles emblématiques (Anguille, Lamproies…) et leur permettent l’accès aux étangs qui sont des zones de maturation.
Les marais estuariens et alluviaux sont situés en rive droite de l’estuaire de la Gironde (marais du Blayais, palus du Moron) et en rive gauche depuis le Verdon (marais du Logit) jusqu’aux marais du nord de Bordeaux, ainsi que dans les plaines alluviales de la Garonne (bocage humide de Cadaujac à Saint-Médard d’Eyrans), de la Dordogne (marais de Saint-Loubès et Izon, marais d’Arveyres…) et de leurs affluents (Isle, Dropt) et forment une succession de zones humides exceptionnelles pour la flore et la faune. Ils sont composés de milieux diversifiés, avec des prairies en milieu doux et plus ou moins saumâtre, des haies, des boisements humides dominés par le frêne, des mares à caractère méditerannéen, des lacs de tonnes. Ils abritent une flore riche avec notamment le Faux cresson de Thore, l’Iris bâtard, la Fritillaire pintade, la Nivéole d’été, et dans les secteurs les plus proches de l’estuaire, en milieu saumâtre, l’Angélique à fruits variables et l’Oenanthe de Foucault. La Loutre, le Vison d’Europe et la Cistude d’Europe sont présents tout le long de cet ensemble, qu’ils exploitent comme un vaste territoire. Les marais, avec les îles de l’estuaire, constituent un ensemble très favorable pour l’avifaune nicheuse, hivernante et migratrice. Parmi les espèces nicheuses, on rencontre de nombreux rapaces (Busard des roseaux, Busard cendré, Circaète Jean le Blanc), des échassiers (Cigogne blanche, Aigrette garzette, Héron pourpré) et des limicoles (Echasse blanche).
Enfin, les marais sont des milieux riches pour la vie piscicole.
Les lagunes sont des zones humides qui contribuent à accroître la biodiversité du massif forestier du Médoc et du Sud Gironde. Ce sont des petites dépressions circulaires, d’origine probablement glaciaire, alimentées directement par la nappe phréatique. Elles occupent les zones d’interfluves peu drainées. Leur végétation, organisée en cercles concentriques depuis l’eau libre jusqu’aux abords humides, comporte des espèces rares comme la Litorelle à une fleur ou le Faux cresson de Thore. Les conditions de vie extrêmes (forte acidité de l’eau, variations importantes de températures et d’oxygène) ont sélectionné une faune aquatique ou semi-aquatique spécialisée, notamment parmi les insectes, amphibiens et reptiles. De nombreuses lagunes ont été asséchées, évoluant alors vers la lande tourbeuse ou humide, ou disparaissant.
Les tourbières se sont constituées dans des zones gorgées d’eau le long de certains cours d’eau, et surtout en zone d’interfluve peu drainée de la Haute Gironde (bassin de la Livenne) et des Landes girondines…; elles résultent de l’accumulation de matière organique non décomposée qui forme la tourbe. Les tourbières acides sont dominées par des peuplements de sphaignes à Rhynchospore blanc; elles abritent des plantes protégées comme le Rossolis intermédiaire ou le Rossolis à feuilles rondes.
Les landes humides, autrefois caractéristiques du département, sont présentes aujourd’hui à l’état résiduel, cantonnées à de rares sites dont les plus importants sont les camps militaires de Souge et de Captieux. Elles occupent les sols avec une nappe phréatique affleurante et sont colonisées par la Molinie, l’Ajonc nain, la Bruyère ciliée et la Bruyère à quatre angles. Ces landes accueillent diverses espèces d’oiseaux dont la Grue cendrée, le Courlis cendré, des Busards, ainsi que des insectes rares (Fadet des laîches).

Cartographie interactive des zones humides en Gironde

Découvrez la sélection de données « zones humides » des partenaires du réseau sur le secteur géographique de votre choix à l’aide de la carte interactive ci-dessous. Vous pouvez les croiser avec d’autres données de l’environnement sur le SIGORE Gironde.

Pour obtenir des informations sur les données, cliquer sur les entités qui retiennent votre attention sur la carte. Vous pouvez également afficher la carte dans toute sa largeur en masquant l’arborescence des couches en cliquant sur la flèche à gauche du bloc légende, afficher les couches une à une en cliquant sur l’œil à gauche du titre de la couche ou encore superposer les couches dans l’ordre de votre choix à l’aide des flèches.

Pour en savoir plus