Parc LAB – Le laboratoire du parc des Coteaux

logo du parc LABRetour sur un projet conduit sur le territoire girondin en matière de paysage :
Parc LAB – Le laboratoire du parc des Coteaux

 

Structures porteuses du projet : 

logos des structures porteuses du parc LAB

Contexte
Le parc LAB est le diminutif du « Laboratoire du parc des Coteaux ». Il est né de la volonté des élus et techniciens des quatre communes (Bassens, Lormont, Cenon, Floirac) de créer une méthode pour agir ensemble sur le parc des Coteaux. Animé par le Grand Projet des Villes Rive Droite (GPV), il ne s’agit pas d’un document, ni d’une étude figée dans le temps mais d’un engagement politique affirmé pour la mise en œuvre d’un outil pratique et évolutif concernant la gestion et les usages du parc des Coteaux.

Suite au pilotage par le GPV d’un plan guide pour l’aménagement du parc des Coteaux (2003) et d’une étude pour l’aménagement d’une liaison piétonne intercommunale – le « fil vert » –  (2008)  les élus et les techniciens, rassemblés en 2011 lors d’un séminaire dédié au devenir du parc, « ont jugé nécessaire d’avancer très concrètement dans la rédaction d’une charte intercommunale de gestion et d’usages du parc des Coteaux en associant le plus possible à ce travail les différents acteurs du parc : élus, techniciens des communes à qui incomberont l’entretien des espaces et la mise en application de la charte, associations et professionnels qui seront soumis au respect de la charte dans leurs actions et leurs usages du parc, au respect de la charte ».  Dans ce contexte, après une année de rencontres et de partages d’expériences entre les responsables et les techniciens des services Environnement des 4 communes, la « Charte intercommunale de gestion et des usages » s’est incarnée dans la création du « parc LAB ».

Territoire concerné
carte de situation du parc des coteauxLe parc des Coteaux est composé de 10 parcs publics, répartis sur 400 hectares – dont 240 dans le domaine public – sur les coteaux de la rive droite de la métropole de Bordeaux. Il est inscrit dans l’Atlas des espaces naturels sensibles “Paysage” de Gironde réalisé en 2011 par le Conseil départemental de la Gironde. Identifié comme une des « trames structurantes paysagère de la Métropole », au titre de son classement en ZNIEFF (zone d’intérêt écologique, floristique et faunistique) il bénéficie de la mise en œuvre par le département de la politique de protection, de gestion et d’ouverture au public des espaces naturels sensibles.

Si le parc des Coteaux est ainsi reconnu pour ces qualités d’espace de nature en milieu urbain, il est également reconnu pour son patrimoine architectural et paysager. L’ensemble des parcs qui le composent reflète un riche héritage culturel lié à l’implantation des domaines viticoles au 18ème siècle en surplomb de la vallée de la Garonne, face à la ville de Bordeaux. Cette vue imprenable depuis le coteau, de ces domaines à la fois d’agrément (parcs paysagers) et d’exploitation (terres cultivées principalement de vignes), fait écho à une mise en scène des châteaux perceptibles depuis Bordeaux. Ce patrimoine est ainsi aujourd’hui en partie classé au Monument Historique ou bien en site « inscrit » tel que le coteau de Floirac.

Objectifs du projet
  • Développer une cohérence dans la gestion et les usages à l’échelle du parc des coteaux
  • Préserver, protéger, valoriser les patrimoines naturels et bâtis
  • Favoriser les formes et les temps d’échange, de formation et de partage
  • Favoriser les démarches innovantes, expérimentales et pilotes
Mise en oeuvre

Conduite et animation du projet :

Le parc LAB est un outil intercommunal, sous la gouvernance des quatre Villes de Bassens, Lormont, Cenon et Floirac, piloté par le Grand Projet des Villes Rive Droite.

Le parc LAB a pour ambition de croiser les savoirs et les manières de faire des techniciens des services municipaux de l’environnement, de la culture, des sports, de la vie associative, de la jeunesse, de l’enfance, de l’animation, du numérique… mais également des associations et des habitants usagers du parc des Coteaux. Il associe également les collectivités et organismes publics impliqués notamment dans les questions d’environnement et de paysage.

Ce projet est intégré à un travail de thèse sous la forme d’une recherche-action. Depuis le mois de juillet 2015, Benjamin Chambelland, paysagiste-doctorant en géographie humaine, a rejoint l’équipe du GPV dans le cadre d’une convention CIFRE (Convention industrielle de formation par la recherche). Sa mission se répartit équitablement entre un temps de mise en œuvre d’actions sur le terrain et un temps de recherche et d’écriture de la thèse, tous les deux en lien avec la thématique de la gestion des paysages et plus particulièrement avec la question de l’amélioration de la gestion du parc des Coteaux. Benjamin assure, dans ce cadre-là, la coordination, le suivi et la mise en œuvre d’un plan de gestion intercommunal du parc des Coteaux.

Déroulé du projet :

2015-2018 :

  • Accueil d’une recherche-action pour l’animation et le développement du parc LAB ;
  • Poursuite du cycle de 4 rencontres thématiques par an entre les responsables et les jardiniers des services Environnement des villes ;
  • Diffusion et communication sur le parc LAB ;
  • Réalisation d’un plan de gestion intercommunal, intitulé La sagesse des jardiniers, articulé autour de 5 grands axes :
  1. une expertise collective du patrimoine naturel et paysager, ainsi qu’une évaluation de la gestion mise en œuvre, intégrant les pratiques liées à l’emploi des produits phytosanitaires et la qualité d’usage des services actuels ;
  2. une définition et une programmation des mesures de gestion pour la conservation du patrimoine naturel et la valorisation des situations paysagères, selon un calendrier sur 5 ans avec une évaluation des coûts et intégrant une mise en œuvre de l’arrêt des produits phytosanitaires dés le 1er janvier 2017 ;
  3. une évaluation du potentiel « corridor écologique » du parc des Coteaux ;
  4. une labellisation de la gestion ;
  5. une amélioration de la qualité d’usage des services.photo d'atelier du parc LAB
Partenaires techniques et financiers
  • Bordeaux Métropole
  • Département de la Gironde
  • Agence de l’Eau Adour-Garonne
  • ANRT – Association Nationale de la Recherche et la Technologie
  • Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux
  • Université de Bordeaux Montaigne
  • Laboratoire Passages – UMR 5319
  • CNRS
  • Région Aquitaine – Limousin – Poitou-Charentes
  • DREAL Aquitaine – Limousin – Poitou-Charentes
  • DRAC Aquitaine – Limousin – Poitou-Charentes
Atouts et contraintes du projet

Ce projet associant techniciens, jardiniers et élus des villes, un paysagiste doctorant, ainsi qu’une équipe constituée d’écologues, d’un forestier, d’un sociologue et de designers de service public, a pour ambition de mettre en œuvre une gestion intercommunale bienveillante et facilement appropriable. Il y a beaucoup de chemin à parcourir, beaucoup d’obstacles culturels, administratifs et sociaux qui sont autant de défis à surmonter progressivement et collectivement.

Suivi et évaluation du projet
La coordination du parc LAB, le suivi et la mise en œuvre du plan de gestion intercommunal 2015-2018 est assurée par Benjamin Chambelland.
Communication mise en place
Si la gestion du parc des Coteaux semble de prime abord devoir être du ressort des services environnement de chacune des collectivités, et la question des usages du ressort des services tels que ceux du sport, de la jeunesse, du loisir, de la culture, de la petite enfance, il est important de dépasser cette vision sectorielle et d’envisager des passerelles, des liens humains, organisationnels et matériels entre ces différents acteurs.

Lors de l’organisation d’un événement sportif, éducatif et culturel dans le parc des Coteaux, il est souhaitable que les jardiniers soient impliqués afin d’intégrer leur gestion quotidienne dans les modalités de l’événement, que cela devienne un levier pour un travail collaboratif plutôt qu’une contrainte pouvant produire un surcoût humain et matériel.

Il est ainsi envisagé de créer du lien entre tous ces services mais également d’intégrer les associations et autres acteurs locaux dont dépend la réussite de ce projet.

Perspectives
La transposabilité de ce plan de gestion est au cœur de nos ambitions. D’une part, vis à vis des autres territoires de nature présents dans la Métropole de Bordeaux et auxquels le parc des Coteaux est étroitement lié (le parc des Jalles, le bois de Bordeaux, les rives de la Garonne, les marais de la presqu’île, le parc de l’eau Bourde, etc), et d’autre part, vis-à-vis d’autres espaces naturels sensibles à l’échelle du département et au-delà. Car bien que le parc des Coteaux ait des spécificités propres à son territoire, ce projet de plan de gestion se veut innovant et prospectif à travers la mobilisation d’une diversité de compétences (écologie, foresterie, sociologie, paysagisme, design de service public).

La transposabilité est ainsi évoquée à l’échelle de la métropole, du département et au niveau national, mais également – et avant tout – à l’échelle des jardiniers du parc des Coteaux. Car si les jardiniers actuels du parc vont être partie prenante de la mise en œuvre de cette étude et du changement des pratiques qui vont émerger, il est important de garder à l’esprit que si l’un d’entre eux vient à partir et/ou qu’un nouveau jardinier renforce l’équipe, il faut qu’il soit en mesure de s’approprier rapidement ces modes de gestions et en devenir un acteur impliqué.

La tâche est grande et complexe, il paraît évident que ce plan de gestion ne va pas tout résoudre, mais il s’agit là d’une expérience pouvant être profitable à tous à travers la constitution d’un réseau d’acteurs locaux et nationaux œuvrant pour une amélioration de la gestion des paysages.

Pour aller plus loin :

Rédigé par :
Benjamin CHAMBELLAND, Chargé de projet nature du parc des Coteaux, GPV Rive Droite
Benjamin.chambelland@surlarivedroite.fr
05 57 54 33 20

Dernière mise à jour de l’article : mai 2016