Un réseau de surveillance de l’état de santé des poissons en Gironde

Les hydro-systèmes sont soumis à une dégradation croissante principalement due aux activités humaines. La surveillance et la restauration des écosystèmes aquatiques apparaissent donc comme un enjeu majeur et indispensable d’un point de vue sociétal, pour le maintien de la biodiversité des écosystèmes et pour l’usage de l’eau.

Les poissons sont reconnus comme étant des bioindicateurs pertinents de la qualité des milieux. En effet, les peuplements piscicoles intègrent les modifications qui surviennent dans le temps et dans l’espace dans les cours d’eau du fait de leur sensibilité à la plupart des pressions environnementales. La connaissance de leur état de santé peut aussi nous renseigner sur la qualité de l’eau et de l’habitat dans lequel ils vivent.

Dans le cadre du Plan Départemental pour la Protection des Milieux Aquatiques et la Gestion des Ressources Piscicoles de la Gironde (PDPG), et en collaboration avec l’Association Santé Poissons Sauvages (ASPS), la Fédération de pêche et de protection du milieu aquatique de la Gironde (FDAAPPMA33) a mis en place un réseau de surveillance de l’état de santé des poissons à partir de la mise en œuvre de l’outil « Codes pathologie». L’évaluation de ce dernier se base sur l’observation des anomalies anatomo-morphologiques externes visibles à l’œil nu (présence de lésions et de macroparasites) et de l’intensité de ces atteintes. Accompagnées en 2015 par le Département de la Gironde et la fondation d’entreprise Liséa Biodiversité, la FDAAPPMA 33 et l’ASPS ont mené une étude approfondie de l’état de santé des poissons sur le bassin versant de la Gamage en Gironde. Les résultats de ces travaux sont actuellement disponibles.

Photo d'analyse des anomalies anatomo-morphologiques externes visibles à l'œil nu, sur la Gamage en 2015

Analyse des anomalies anatomo-morphologiques externes visibles à l’œil nu, sur la Gamage en 2015

photos d'Epinoche présentant des lésionsD’après les résultats des inventaires réalisés, l’état de santé des peuplements et des populations de poissons est précaire à mauvais sur le bassin versant de la Gamage. En effet, une part importante des peuplements et des populations, notamment d’anguilles, de goujons et de chevesnes, présente des lésions d’intérêt écopathologique majeur, notamment des lésions hémorragiques et congestives, des nécroses, des érosions et des ulcères et ulcérations. De plus, le calcul de la prévalence globale des poissons présentant ces lésions permet de qualifier la qualité de l’eau et de l’habitat sur la Gamage comme moyenne à mauvaise. Enfin, l’analyse menée sur les espèces les plus impactées sur le plan lésionnel, montre que tous les stades de croissance de l’anguille sont touchés, et notamment les individus en cours de colonisation et les sédentaires, ainsi que les géniteurs chez les goujons et les chevesnes. Rappelons que dans le cas de l’anguille qu’un programme national et international est actuellement conduit pour restaurer cette population.

Ces mauvais résultats sont en également en cohérence avec ceux obtenus en parallèle sur la structure du peuplement en 2015, qui montrent :

– un état du peuplement (diversité des espèces, densité,…) évalué comme mauvais à médiocre (d’après l’Indice Poisson Rivière),

– une classe de qualité de l’Indice Biologique Global moyen à mauvais.

L’ensemble de ces éléments nous ont permis de cibler les causes potentielles les plus probables pouvant expliquer cet état. En mettant en parallèle les pressions agissant sur le bassin versant de la Gamage, il apparaît que les pollutions chimiques de l’eau et du sédiment (métalliques ou organiques) et les facteurs environnementaux défavorables (habitats peu diversifiés, colmatage des substrats, étiage sévère,…) sont les principales causes potentielles de ces altérations.

Conjointement à cette étude, un réseau de surveillance à l’échelle du département a été mis en place, dans le cadre des inventaires piscicoles réalisés par la FDAAPPMA 33. En 2016, ce réseau a pour objectifs principaux :

– d’analyser les données sur l’état de santé des poissons récoltées par la FDAAPPMA 33 à l’échelle de la Gironde depuis 2010,

– d’évaluer plus particulièrement l’état de santé des peuplements piscicoles du bassin versant de la Jalle de Blanquefort,

– de connaître les causes potentielles qui détermine cet état de manière à pouvoir ensuite orienter, si besoin, les investigations vers des analyses complémentaires et/ou des actions sur le milieu.

Ces résultats permettront , non seulement de mieux cibler les mesures nécessaires en vue d’atteindre le bon état écologique et chimique des masses d’eau concernées, mais aussi de proposer les voies d’actions nécessaires, pour restaurer les peuplements de poissons ou certaines populations particulièrement  dégradées.

logos_FDP33_ASPSRédigé par :
Jean MARTIN (Fédération Départementale de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique de Gironde – FDAAPPMA33),
Sophie DE LAVERGNE (FDAAPPMA33),
Pierre 
ELIE (Association Santé Poissons Sauvages – ASPS)